Marcel Proust (10 a viz Gouere 1871 — 18 a viz Du 1922), skrivagner gall.

ArroudoùAozañ

La Prisonnière (À la recherche du temps perdu, levrenn Ⅴ)Aozañ

Ar wir veaj nemeti, ar c’horonk en dour a vuhez, ne vefe ket mont davet ardremmezoù nevez, met kaout lagadoù all, gwelout an hollved gant daoulagad un den all, gant re kant den all, gwelout ar c’hant hollved a wel pep hini anezho, a zo pep hini anezho.

Le seul véritable voyage, le seul bain de Jouvence, ce ne serait pas d’aller vers de nouveaux paysages, mais d’avoir d’autres yeux, de voir l’univers avec les yeux d’un autre, de cent autres, de voir les cent univers que chacun d’eux voit, que chacun d’eux est[1].

DaveoùAozañ

  1. (fr) La Prisonnière, Marcel Proust, emb. Gallimard, 1925, pennad 2 — Les Verdurin se brouillent avec M. de Charlus — Lenn war ar Wikimammenn.