Albert Camus

skrivagner gallek

Albert Camus (7 a viz Du 1913 – 4 a viz Genver 1960), skrivagner, kazetenner ha prederour gall. Priz Nobel al Lennegezh a voe deroet dezhañ e 1957.

E 1957, oadet 44 bloaz.

ArroudoùAozañ

Aesoc'h e vez d'an den mervel diwar e zislavaroù eget bevañ ganto.
  • Il est plus facile de mourir de ses contradictions que de les vivre.
Les Justes, 1950.
An diskianterezh a zeu da heul ar c'heñveriadur etre galv mab-den ha tav diboell ar bed.
  • L'absurdité naît de cette confrontation entre l'appel humain et le silence déraisonnable du monde.
Le mythe de Sisyphe, 1942.
An diskianterezh eo ar skiant spiswel o stadañ he bevennoù.
  • L'absurde, c'est la raison lucide qui constate ses limites.
Le mythe de Sisyphe, 1942.
An disrann etre mab-den hag ar bed eo an diskianterezh dreist-holl.
  • L'absurdité est surtout le divorce de l'homme et du monde.
L'étranger, 1942.
Ar bezañ hepken zo un emsavadenn.
  • L'existence même est un acte de rebellion.
L'Homme révolté, 1951.
Ar peoc'h eo ar gad nemeti hag a dalv ar boan bezañ kaset en-dro.
  • La paix est le seul combat qui vaille d'être mené.
— Pennad-stur ar gazetenn guzh Combat, 08/08/1945.
Ar frankiz zo ur galeoù keit ha ma'z eus un den hepken hag a zo bazhyevet war an Douar.
  • La liberté est un bagne aussi longtemps qu'un seul homme est asservi sur la Terre.
Les Justes, 1950.
Atav e vez aes bezañ reizhpoell. Hogos dic'hallus eo bezañ reizhpoell betek penn.
  • Il est toujours aisé d'être logique. Il est presque impossible d'être logique jusqu'au bout.
Le mythe de Sisyphe, 1942.
Chom hep plegañ eo bevañ.
  • Vivre, c'est ne pas se résigner.
Noces, 1939.
Da gentañ e venner ar justis ha da ziwezhañ ez aozer ur bolis.
  • On commence par vouloir la justice et on finit par organiser une police.
Les Justes, 1950.
Dispac'hañ a ran, neuze ez omp.
  • Je me révolte, donc nous sommes.
L'Homme révolté, 1951.
Emeur bremañ o vannañ bombezennoù e tramgirri Aljer. Gallout a ra ma mamm bezañ en unan eus an tramgirri-se. Mard eo kement-se ar justis e kavan gwelloc’h ma mamm.
  • En ce moment on lance des bombes dans les tramways d'Alger. Ma mère peut se trouver dans un de ces tramways. Si c'est cela la justice, je préfère ma mère.
— Bjurström, Carl Gustav. In : Entretien autour du Discours de Suède d'Albert Camus (1997) • (fr) Lenn en-linenn. Kavet : 10/12/2022.

En entremar e vezan etre ur boud hag a nac'h krenn ar marv hag ur boud hag a asant krenn dezhañ.
  • Je suis partagé entre un être qui refuse totalementla mort et un être qui l'accepte totalement.
Carnets III, 1951-1959.
En talañ ouzh ar mac'homerezh emañ haelded micher ar skrivagner, er plegañ d'an digenvez emañ neuze.
  • La noblesse du métier d'écrivain est dans la résistance à l'oppression,donc au consentement à la solitude.
Le premier homme, 1994. [1]
Envel fall un dra zo ouzhpennañ da walleur ar bed-mañ.
  • Mal nommer un objet, c'est ajouter au malheur de ce monde.
Sur une philosophie de l'expression (1944). In : Œuvres complètes, levrenn I, p. 908. Paris : Gallimard / Bibliothèque de la Pléiade, 2006 (ISBN 978-2-07-011702-4)
Eus ar goanag e teu holl walleurioù mab-den.
  • Tout le malheur des hommes vient de l'espérance.
L'Homme révolté, 1951.
Evit un den, kompren er bed zo e adkas d'an denegezh.
  • Comprendre le monde pour un homme, c'est le ramener à l'humain.
Le mythe de Sisyphe, 1942.
Gant an emsav e teu an emskiant.
  • La conscience vient au jour avec la révolte.
L'Homme révolté, 1951.
Gant tud hep uhelvennad ha hep meurded e vez stummet ar politikerezh ha planedenn an dud. An dud hag o deus meurded enno ne reont ket war-dro ar politikerezh.
  • La politique et le sort des hommes sont formés par des hommes sans idéal et sans grandeur. Ceux qui ont une grandeur en eux ne font pas de politique.
Carnets I, 1935-1942.
Gwashañ jahin mab-den eo bezañ barnet hep lezenn.
  • Le plus haut des tourments humains est d'être jugé sans loi.
La chute, 1956.
Gwashoc'h eget an dic'hoanag e-unan eo ar boaz diouzh an dic'hoanag.
  • L'habitude du désespoir est pire que le désespoir lui-même.
La peste, 1947.
Hervez kalz tud ez eo ar berzh ul lezenn hag ar c'harventez un temptadur.
  • Pour beaucoup d'hommes, le succès est une loi et la brutalité une tentation.
— Er gazetenn guzh Combat, 26/10/1945.
Kentoc'h mervel em sav eget bevañ war ma daoulin !
  • Plutôt mourir debout que vivre à genoux !
L'Homme révolté, 1951.
Komprenet em eus ne oa ket trawalc'h diskuliañ an direizhder. Ret e oa d'an den reiñ e vuhez evit stourm outañ.
  • J'ai compris qu'il ne suffisait pas de dénoncer l'injustice. Il fallait donner sa vie pour la combattre.
Les Justes, 1950.
Kreñvaat ar Stad eo bet disoc'h an holl zispac'hoù a-vremañ.
  • Toutes les révolutions modernes ont abouti à un renforcement de l'État.
L'Homme révolté, 1951.
Mab-den n'eo ket peurgablus : n'en deus ket boulc'het an istor, na n'eo peurzinamm, pa gendalc'h gantañ.
  • L'homme n'est pas entièrement coupable : il n'a pas commencé l'histoire, ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue..
L'été, 1937.
Marteze e vefe gwelloc'h da Zoue mar ne gredfe ket an dud ennañ.
  • Peut-être vaudrait-il mieux pour Dieu que l'on ne croie pas en lui.
La peste, 1947.
Marv eo mammig hiziv. Pe dec'h marteze, n'ouzon ket.
  • Aujourd'hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas.
— Deroù L'étranger, 1942.
Nag a dorfedoù zo bet sevenet hepken abalamour ma ne oa ket gouest o sevener da c'houzañv bezañ en e c'haou.
  • Combien de crimes ont été commis simplement parce que leur auteur ne pouvait supporter d'avoir tort.
La chute, 1956.
Na c'hortozit ket ar varn diwezhañ. Bemdez e vez dalc'het.
  • N'attendez pas le jugement dernier. Il a lieu tous les jours.
La chute, 1956.
Na vezañ selaouet ken : setu a zo spontus pa vezer kozh.
  • N'être plus écouté : c'est cela qui est terrible quend on est vieux.
L'envers et l'endroit, 1958.
N'eo ket an emsav e-unan a zo hael, ar pezh a venn eo.
  • Ce n'est pas la révolte en elle-mêmequi est noble, mais ce qu'elle exige.
L'Homme révolté, 1951.
N'eus ket a garantez ouzh ar vuhez hep dic'hoanag en abeg d'ar vuhez.
  • Il n'y a pas d'amour de vivre sans désespoir de vivre.
L'envers et l'endroit, 1958.
N'eus ket a justis hep emsav.
  • La justice ne va pas sans révolte.
Actuelles – Écrits politiques, levrenn I, 1950.
N'eus ket eus ket ezhomm a reolennoù d'an onestiz.
  • L'honnêteté n'a pas besoin de règles.
Le mythe de Sisyphe, 1942.
Ne vennan ket bezañ un den dreistijinus. Trawalc'h a gudennoù am bez o vezañ un den.
  • je ne tiens pas à être un génie. J'ai suffisamment de problèmes à être un homme.
Carnets, 1962.
Reiñ pep tra d'ar bremañ eo ar vrokusted wirion e-keñver an dazont.
  • La vraie générosité envers l'avenir consiste à tout donner au présent.
L'Homme révolté, 1951.

NotennoùAozañ

  1. Romant-emvuhezskrid diechu, bet embannet gant merc'h Albert Camus (ISBN 978-2-07-073827-4).